Introduction

Monsieur le Président,

J’ai l’honneur de présenter le budget de l’Ontario de 2018. 

Un budget qui s’appuie sur nos succès antérieurs.

Un budget qui établit un plan axé sur l’avenir… pour tous les Ontariens et Ontariennes. 

Un budget qui prévoit des investissements stratégiques.

Qui contribue à attirer les emplois et favorise la croissance économique.

Qui contribue à alléger le fardeau de ceux qui peinent à joindre les deux bouts.

Qui aide les familles à prendre soin de leurs enfants et de leurs parents. 

Afin que tous et toutes dans la province puissent réaliser leur plein potentiel.

S’appuyer sur nos succès antérieurs

Monsieur le Président, permettez-moi d’abord de rappeler à l’Assemblée que c’est grâce au talent et à la résilience de notre population…

Et grâce au dur labeur des hommes et des femmes qui sont le moteur de l’Ontario…

Que notre économie a affiché une croissance soutenue.  

Plus soutenue que celle du Canada…

Plus soutenue que celle de toutes les nations du G7

Notre taux de chômage est le plus bas enregistré en près de vingt ans.

La majorité des 800 000 emplois créés depuis la récession sont des emplois à temps plein, dans le secteur privé et dans des industries où le salaire est supérieur à la moyenne.

L’an dernier, 500 nouveaux emplois nets ont été créés chaque jour en Ontario.

Et notre ratio de la dette au PIB a diminué de façon constante, nous permettant de réduire le fardeau autrement transmis aux générations futures.

En 2000, nous affections au service de la dette environ 15 cents et demi de chaque dollar de revenu.

Cette année, nous y consacrons 8 cents. 

C’est le montant le plus bas en 25 ans.

Et grâce à l’amélioration de la croissance économique…

Conjuguée à la rigoureuse gestion financière de notre gouvernement…

Nous avons graduellement réduit le déficit provincial, dépassant nos objectifs financiers année après année depuis 2009.

J’ai annoncé l’an dernier que nous allions éliminer le déficit entièrement. 

Et c’est avec plaisir que j’annonce…

Que nous avons un budget équilibré en 2017-2018. 

En fait, nous prévoyons maintenant un excédent de plus de 600 millions de dollars au cours du présent exercice. 

Monsieur le Président, permettez-moi de rappeler à tous ce que nous avons fait pour y parvenir.

Nous y sommes parvenus en maintenant et en améliorant les services sur lesquels comptent les familles, comme la santé et l’éducation.

En portant les investissements dans la santé à des niveaux presque record.

Dans le dernier budget, nous avons fait un investissement supplémentaire de 7 milliards de dollars dans les soins de santé pour réduire les temps d’attente, accroître l’accès et améliorer l’expérience des patients.

Nous avons également créé l’Assurance-santé Plus, un programme en vertu duquel des médicaments sur ordonnance sont absolument gratuits pour toutes les personnes de moins de 25 ans.

Parce qu’aucun parent ne devrait avoir à choisir entre se procurer les médicaments dont son enfant a besoin… et nourrir sa famille.

Déjà, plus d’un million de jeunes en Ontario ont pu faire exécuter près de 3 millions d’ordonnances…

Gratuitement.

Nous avons élaboré un plan pour offrir des places en services de garde agréés à 100 000 enfants de plus…

Dont environ 60 p. 100 sont des places subventionnées.

Ainsi, plus de parents peuvent trouver des services de garde abordables et de qualité pour leurs enfants.

Parce qu’il est essentiel de partir du bon pied pour réussir plus tard dans la vie.

Ainsi, plus de parents peuvent reprendre le travail plus tôt. 

Nous avons apporté des modifications au RAFEO, Monsieur le Président, pour aider nos jeunes qui veulent obtenir un grade ou un diplôme d’études postsecondaires.

Cette année, plus de 225 000 étudiantes et étudiants fréquentent l’université ou le collège sans payer de frais de scolarité.

Et 175 000 étudiantes et étudiants de plus reçoivent des bourses et des prêts plus généreux pour payer leurs dépenses.

La demande a de loin dépassé nos projections initiales… et c’est une bonne chose. 

Nous sommes restés fidèles aux travailleuses et aux travailleurs de l’Ontario, Monsieur le Président.

Nous avons pris le parti des employés et des retraités de la compagnie Stelco pendant sa restructuration.

Nous nous sommes assurés qu’ils bénéficient de prestations pour les médicaments sur ordonnance et les soins dentaires pour que leur famille soit à l’abri du besoin.

Et nous avons joué un rôle de premier plan en réunissant les parties pour la vente de la compagnie…

Ce qui a permis de sauver les 2 200 emplois bien payés chez Stelco.

Et de protéger près de 12 000 retraités. 

De plus, nous avons fait d’importants investissements dans l’infrastructure.

Nous nous sommes engagés à faire un investissement historique dans de nouveaux hôpitaux, de nouvelles écoles, de nouvelles routes et de nouveaux réseaux de transport en commun.

Cet investissement s’est accru et a atteint 230 milliards de dollars sur 14 ans.

Du TLR Hurontario à Mississauga et à Brampton…

À la réparation et la remise à neuf de voies ferrées pour la Commission de transport Ontario Northland. 

Du TLR d’Ottawa…

À l’élargissement de la route 11/17 entre Thunder Bay et Nipigon. 

Nous bâtissons aujourd’hui l’infrastructure de demain.

Nous avons choisi d’aider 1,1 million d’hommes et de femmes en augmentant le salaire minimum.

En portant le salaire minimum à 15 $ l’heure, cela procurera aux travailleuses et aux travailleurs des revenus nets d’environ 5 000 $ de plus chaque année.

Ce qui aidera plus de personnes à améliorer leur situation. 

Et nous avons pris toutes ces mesures… tout en nous assurant que les entreprises de l’Ontario peuvent demeurer concurrentielles… et sortir gagnantes. 

Nous avons maintenu un taux d’imposition des entreprises concurrentiel, qui est le plus bas du Canada et comparable à celui des États américains voisins.

Nous avons réduit le taux de l’impôt des petites entreprises de 22 p. 100. 

Nous nous sommes joints, avec le Québec et la Californie, au système de plafonnement et d’échange de la Western Climate Initiative.

Cette approche fondée sur le marché a déjà permis de mobiliser des milliards de dollars qui seront réinvestis dans l’infrastructure verte et permettront de diversifier notre économie. 

Et nous avons mis en place des mesures de soutien pour aider les petites entreprises à prendre de l’expansion et à accéder aux occasions d’exportation.  

Nous avons investi dans les priorités clés. Et nous avons fait preuve de discipline.

Nous avons éliminé le gaspillage et les programmes qui ne donnaient plus un rendement suffisant.

Cette année encore, l’Ontario dépensera moins par habitant au titre des programmes que n’importe quelle autre province tout en préservant les politiques qui touchent la vie des Ontariennes et des Ontariens.

Nous devons investir pour créer la croissance.

Nous sommes plus forts aujourd’hui grâce à une économie plus diversifiée.

Oui, Monsieur le Président, nous avons éliminé le déficit et équilibré le budget. Et nous prévoyons un excédent de 600 millions de dollars...

Et avons aussi diversifié notre économie en soutenant les technologies et les industries de l’avenir, comme l’intelligence artificielle, la recherche quantique, la médecine régénératrice, la fabrication de pointe et la technologie financière. 

Mais ne vous méprenez pas, Monsieur le Président…

Équilibrer le budget n’est pas une fin en soi, mais plutôt un moyen pour atteindre un objectif…

L’objectif d’un Ontario plus fort.

Qui offre plus de possibilités pour tous et toutes. 

Qui nous permet de mieux prendre soin de ceux et celles qui en ont besoin.

Les défis que nous devons relever

Monsieur le Président, la province a fait face à d’importants défis alors qu’elle sortait de la récession mondiale la plus importante à survenir depuis la grande dépression.

Et nous les avons surmontés… et ensemble, nous avons accompli de grandes choses.

Cependant, aujourd’hui, nous avons de nouveaux défis à relever. 

Même s’il est vrai que l’économie de l’Ontario prend de l’expansion…

Et est plus performante que la plupart des autres économies…

Et même si nous prévoyons une croissance d’environ 2 p. 100 au cours du prochain exercice et par la suite…

Ce n’est pas assez.

Notre population vieillit, et de plus en plus de personnes prennent leur retraite.

La perspective d’une hausse des taux d’intérêt et l’endettement croissant des ménages…

L’incertitude actuelle entourant le commerce international…

Les politiques Buy America et les appels au protectionnisme…

Tous ces risques importants à nos perspectives économiques nous ont amenés à établir des attentes de revenus plus prudentes.

Une croissance économique de 2 p. 100, ça va, mais…

Ce n’est pas assez.

Nous faisons face à un autre défi, Monsieur le Président…

Même si la province a connu une croissance économique …

Tous ne profitent pas des avantages de cette prospérité.

Nous devons nous employer à faire en sorte que tous et toutes en profitent.

Les femmes. Les étudiantes et étudiants. Les personnes âgées. 

Celles et ceux qui ont un emploi précaire et se tirent d’affaire tant bien que mal dans l’économie à la demande.

Toutes ces personnes doivent elles aussi tirer parti de la croissance économique.

Ce que nous choisissons de faire

Face à ces défis, Monsieur le Président, notre réponse est claire.

Dans le budget de l’Ontario de 2018…

Nous en faisons plus.

Nous relevons ces nouveaux défis… avec détermination.

L’ancien vice-président des États-Unis a déjà dit : « Ne me dites pas ce qui compte pour vous. Montrez-moi votre budget et je vous dirai ce qui compte pour vous. »

Le budget de 2018 témoigne de ce qui compte pour nous, Ontariennes et Ontariens. 

Équité, mieux-être et possibilités. 

Nous prenons donc des mesures énergiques, guidés par un engagement à veiller au mieux-être de notre population.

C’est notre responsabilité.

Nous agirons pour soutenir la population, tout en protégeant notre économie.

Nous continuerons de mettre l’Ontario sur la voie d’une plus grande croissance économique, qui contribuera à faire augmenter le PIB et à créer plus d’occasions d’emploi.

Nous continuerons de faire en sorte que les avantages de la croissance et les occasions qui en découlent soient partagés à l’échelle de la province.

Et nous continuerons de faire en sorte que l’Ontario demeure compétitif et attrayant pour les entreprises.

Monsieur le Président, des politiques publiques et sociales judicieuses doivent également être de bonnes politiques économiques, et c’est ce qui en assure la pérennité. 

Alors, nous faisons des choix.

Nous nous engageons à fournir plus de soutien pour les services sociaux et les services aux personnes ayant une déficience intellectuelle.

Plus de soutien pour les soins de santé, dont la santé mentale.

Et plus de soutien pour les étudiantes et étudiants. 

Nous choisissons de mettre à profit notre bonne situation économique…

Pour répondre aux priorités de la population de l’Ontario. 

Par conséquent, nous prévoyons un déficit de 6,7 milliards de dollars l’an prochain, ce qui équivaut à moins de 1 p. 100 du PIB.

Et nous avons un plan clair pour revenir à l’équilibre financier. 

Certains vont demander plus de compressions…

D’autres vont demander plus de dépenses. 

Notre choix est délibéré et repose sur un message clair de la population de l’Ontario : 

« Continuez de gérer les finances de la province de façon responsable. »

« Créez plus de débouchés économiques pour l’ensemble de la population. »

« Allégez le fardeau qui pèse sur beaucoup de familles ontariennes. »

Consolider les hôpitaux de l’Ontario

Monsieur le Président, les Ontariennes et Ontariens sont fiers de notre système de santé universel.

Ce système est le reflet des valeurs de notre société… de la façon dont nous prenons collectivement soin les uns des autres. 

Lorsqu’un proche est malade, rien n’est plus important pour sa famille que d’obtenir les soins dont il a besoin. 

Nous savons tous qu’en raison de la croissance et du vieillissement de la population, nos hôpitaux font face à une demande accrue. 

Durant les périodes de grand achalandage et les épidémies, nos salles d’urgence peuvent être bondées.

C’est pourquoi, dans le budget de 2018, nous sommes fiers d’investir un montant additionnel de 822 millions de dollars dans les hôpitaux. Cela représente une hausse considérable du financement des hôpitaux de 4,6 p. 100. 

Cette hausse permettra de réduire les temps d’attente et d’augmenter le nombre d’interventions et de services cruciaux, tels que les services d’IRM, les chirurgies cardiaques et du cancer, les greffes d’organes et d’autres mesures de maintien des fonctions vitales.

Elle permettra aussi d’accroître le soutien aux hôpitaux pédiatriques et psychiatriques.

Nous investissons également 19 milliards de dollars au cours des 10 prochaines années dans plus de 40 projets hospitaliers d’envergure dans toutes les régions de la province.

D’un nouvel hôpital à Moosonee pour l’autorité sanitaire de la région de Weeneebayko dans le Nord…

À l’Hôpital général de Kingston dans l’Est. 

Du London Health Sciences Centre dans le Sud-Ouest…

À la construction de l’hôpital pédiatrique du futur dans le cadre du projet Horizon mis en oeuvre par The Hospital for Sick Children à Toronto.

Davantage de services de garde d’enfants

Monsieur le Président, nous savons qu’il est essentiel pour les familles d’avoir accès à des services de garde de qualité et abordables.

Des services de garde de qualité offrent à nos enfants le meilleur départ qui soit dans la vie. 

Ils permettent aux parents, plus particulièrement aux femmes, de retourner au travail plus rapidement, s’ils le choisissent. 

C’est pourquoi nous avons fait des investissements pour créer 100 000 places de plus dans les services de garde.

Dans le budget de 2018, nous allons encore plus loin, Monsieur le Président. 

Je suis heureux d’annoncer…

Qu’à compter de 2020, nous mettrons en oeuvre des programmes préscolaires gratuits pour les enfants âgés de deux ans et demi et jusqu’à l’âge de l’admissibilité à la maternelle.

Cela signifie qu’une famille ontarienne ayant un enfant de cet âge en service de garde pourrait économiser en moyenne 17 000 $.

Au cours des six prochaines années, le gouvernement dégagera aussi 534 millions de dollars afin de créer 10 000 places de plus pour les enfants d’âge préscolaire dans les services de garde en milieu scolaire et 4 000 autres places en milieu communautaire.

Et pour les communautés des Premières Nations, nous doublerons la capacité actuelle des services de garde dans les réserves en créant 4 500 nouvelles places à compter de 2019.

Ce ne sont là que quelques-uns des engagements importants que nous continuons à prendre envers nos enfants et nos familles.

De meilleurs soins pour les personnes âgées

Monsieur le Président, nos personnes âgées ont contribué à bâtir la province dont nous profitons aujourd’hui.

Nous leur en sommes profondément reconnaissants.

Aujourd’hui, il y a plus de deux millions de personnes âgées dans notre province. 

Ce nombre devrait atteindre 4,5 millions d’ici 2040, ce qui aura de profondes répercussions sur nos services sociaux et notre économie. 

Cela aura aussi des retombées sur les familles qui ont souvent de la difficulté à assumer les coûts additionnels liés aux soins requis pour assurer leur bien-être.  

De nombreuses personnes âgées préféreraient rester chez elles et vivre de façon autonome.

Nous voulons les aider. 

Et nous les aiderons, Monsieur le Président. 

Dans le budget de 2018, nous faisons des investissements ciblés de 1 milliard de dollars sur trois ans dans le nouveau programme Bien chez soi pour les aînés.

Nous fournirons jusqu’à 750 $ à chaque ménage admissible dont le chef est une personne âgée de 75 ans ou plus pour l’aider à payer ses coûts d’entretien domiciliaire. 

Cet argent pourrait servir à payer des services comme le déblaiement de la neige, la tonte de la pelouse ou l’entretien ménager.

Nous investissons aussi 650 millions de dollars de plus sur trois ans dans les soins à domicile et en milieu communautaire pour augmenter le nombre de visites par du personnel infirmier et des thérapeutes.

Cela inclura aussi un plus grand nombre d’heures de services de relève pour les aidants naturels afin de donner un répit bien mérité aux familles qui prennent soin de leurs proches.

En outre, Monsieur le Président, dans le budget de 2018, nous élargissons l’Assurance-santé Plus de façon à offrir gratuitement les médicaments sur ordonnance aux personnes âgées à compter d’août 2019, éliminant ainsi la franchise annuelle et la quote-part exigées dans le cadre du Programme de médicaments de l’Ontario.  

Chaque personne de 65 ans et plus en Ontario obtiendra ses médicaments sur ordonnance gratuitement, ce qui représente des économies annuelles d’environ 240 $ pour la personne âgée moyenne.  

Aucune personne âgée n’aura à payer de sa poche les médicaments sur ordonnance admissibles… ou à choisir entre se procurer des remèdes ou d’autres nécessités. 

L’élargissement de l’Assurance-santé Plus représente un investissement de 575 millions de dollars par année d’ici 2020-2021.

Monsieur le Président, dans certains cas, les personnes âgées ne peuvent pas demeurer chez elles... 

Car elles ont besoin de soins de longue durée.

C’est pourquoi, en plus de l’aménagement de 5 000 nouveaux lits de soins de longue durée d’ici 2022 et de 30 000 autres au cours des 10 prochaines années…

Ainsi que du réaménagement de 30 000 lits existants…

Nous investissons 300 millions de dollars au cours des trois prochaines années dans les soins de longue durée, dont 50 millions de dollars l’année prochaine.

Cet argent permettra d’accroître le nombre d’heures de soins et d’embaucher plus de personnel infirmier et de préposés aux services de soutien à la personne. Par ailleurs, nous investissons 23 millions de dollars supplémentaires pour accroître le nombre de préposés aux services de soutien à la personne, notamment dans les collectivités mal desservies.

Car nous sommes conscients que ces personnes fournissent des soins indispensables, qui permettent d’alléger le fardeau des familles et de leurs proches.

Améliorer les services de soutien en santé mentale

Monsieur le Président, les problèmes de santé mentale affligent une personne sur trois dans la province.

En tant que société, nous comprenons mieux maintenant que la santé mentale fait partie intégrante de la santé globale, et ce, à tout âge.

Aussi, Monsieur le Président, nous investissons 2,1 milliards de dollars de plus sur quatre ans afin d’accroître l’accès aux services de santé mentale et de lutte contre les dépendances ainsi que le niveau de soins dans ce secteur.

Cela comprend la psychothérapie, le logement avec services de soutien ainsi que des soutiens accrus pour les communautés autochtones.

Monsieur le Président, nous savons que 70 p. 100 des problèmes de santé mentale se déclarent durant l’enfance ou l’adolescence, et que l’intervention précoce peut avoir une incidence positive.

Nous voulons faire en sorte que les enfants obtiennent l’aide dont ils besoin le plus tôt possible.

Nous élargirons les services aux élèves dans toutes les écoles secondaires de la province…

Nous fournirons davantage de services à quelque 46 000 jeunes de plus au sein de la collectivité, notamment des services de counseling et de thérapie ainsi que des cliniques sans rendez-vous.

Monsieur le Président, je suis très fier de l’investissement historique que fait le gouvernement pour améliorer l’accès aux services de santé mentale et de lutte contre les dépendances, qui s’élève à 17 milliards de dollars sur quatre ans…

Soit, l’investissement le plus important de l’histoire de l’Ontario dans ce secteur. 

Réduire les coûts des médicaments sur ordonnance et des soins dentaires

Monsieur le Président, il essentiel de pouvoir se procurer des médicaments sur ordonnance et des soins dentaires pour rester en bonne santé.

Or, une personne sur quatre en âge de travailler en Ontario ne bénéficie pas d’un régime d’assurance-maladie complémentaire. 

Cela signifie que les enfants de ces personnes ne reçoivent pas toujours les soins dentaires dont ils ont besoin.

Cela signifie que des familles n’achètent pas de médicaments parce qu’elles n’ont pas les moyens de le faire.

C’est là où le régime public d’assurance-maladie fait gravement défaut et qu’il reste une tâche à achever en vue de mettre en oeuvre un programme universel d’assurance-médicaments pour tous les Canadiens et Canadiennes.

Par le passé, nous avons pris des mesures pour alléger ces fardeaux et combler en partie cette lacune. Aujourd’hui, nous prenons des mesures qui vont beaucoup plus loin.

À compter de l’été 2019, nous investirons plus de 800 millions de dollars durant les deux premières années de l’instauration du nouveau programme ontarien pour les médicaments et les soins dentaires à l’intention des personnes qui n’ont pas accès à un régime d’avantages sociaux.

Nous rembourserons jusqu’à 80 p. 100 des frais de médicaments sur ordonnance et de soins dentaires admissibles…

Jusqu’à un plafond annuel de 400 $ par personne, de 600 $ par couple, plus 50 $ par enfant. 

Cela signifie qu’une famille admissible de quatre personnes pourrait recevoir jusqu’à 700 $ par année pour les coûts de ses médicaments et soins dentaires.

Un Ontario en meilleure santé est un Ontario plus fort, Monsieur le Président. 

Accroître la sécurité du revenu

Monsieur le Président, le gouvernement réforme la sécurité du revenu pour que chacun puisse vivre sa vie en santé et assurer sa subsistance.

Nous simplifierons les programmes d’aide sociale, réduirons les règles punitives et éliminerons les obstacles.

Je suis heureux d’annoncer aujourd’hui que l’aide fournie aux personnes qui en ont le plus besoin sera augmentée d’un taux de 3 p. 100 par année au cours de chacune des trois prochaines années.

Parce que les Ontariennes et Ontariens sont des gens compatissants. Nous prenons soin les uns des autres.

Offrir davantage de possibilités

Monsieur le Président… une économie en expansion procure des emplois et crée des possibilités.

Face aux nouveaux défis économiques qui se posent, nous lançons le plan pour la croissance et de bons emplois…

Qui prévoit de nouveaux investissements de 935 millions de dollars au cours des trois prochaines années.

Ces fonds s’ajoutent à nos investissements historiques dans l’infrastructure, Monsieur le Président.  

Ce plan s’appuiera sur nos assises économiques… pour diversifier davantage notre économie… soutenir le développement des talents et des entrepreneurs locaux… et favoriser la croissance des entreprises.

Ce plan favorisera les investissements permettant d’améliorer l’efficacité des entreprises de l’Ontario afin de les rendre plus concurrentielles. 

Il soutiendra des secteurs clés au moyen du Fonds pour l’emploi et la prospérité renouvelé et étoffé, qui investira dans les secteurs de l’agroalimentaire, des technologies transformatrices et de la foresterie.

Il soutiendra également le développement économique régional grâce à des investissements dans des régions clés tels que l’Est, le Sud-Ouest et le Nord de l’Ontario…

Notamment par l’expansion du Fonds du patrimoine du Nord de l’Ontario et l’augmentation du financement de 50 p. 100, afin de favoriser la croissance et la diversification de l’économie et d’attirer davantage d’investissements.

L’économie d’aujourd’hui évolue rapidement et exige une connectivité Internet qui est elle aussi rapide.

Nous investissons donc 500 millions de dollars supplémentaires sur trois ans afin d’étendre les services à large bande passante dans les collectivités rurales et du Nord.

Et de faire en sorte que tous les Ontariens et Ontariennes puissent participer pleinement à l’économie numérique.

Nous prendrons ces mesures, Monsieur le Président, tout en veillant à ce que la croissance et la prospérité économiques profitent à un plus grand nombre de personnes dans l’ensemble de la province.

Un système d’éducation solide

Nous voulons aider tous les élèves à réussir à l’école… et dans la vie. 

Pour cela, nous devons commencer par les lieux où nos jeunes apprennent.

C’est pourquoi nous investissons près de 16 milliards de dollars sur 10 ans pour rénover des écoles et en construire de nouvelles.

Cela comprend un investissement de 510 millions de dollars depuis 2013 pour les projets de construction, d’agrandissement et de rénovation de 62 écoles de langue française dans l’ensemble de l’Ontario. 

Parce que plus de 600 000 francophones sont établis en Ontario… et qu’une communauté franco-ontarienne forte contribue à un Ontario fort.

Toutefois, une éducation solide, c’est aussi bien plus que des édifices et des salles de classe, Monsieur le Président.

Un élève sur cinq en Ontario a des besoins particuliers. 

Aussi, Monsieur le Président, nous annonçons un nouveau financement de 250 millions de dollars sur trois ans afin de nous attaquer à la liste d’attente pour les évaluations des besoins particuliers et d’améliorer les services d’éducation de l’enfance en difficulté.

Monsieur le Président, les 7e et 8e années constituent pour les jeunes une période importante d’exploration des cheminements possibles vers la formation en apprentissage, le collège, l’université et le milieu du travail.

C’est pourquoi le gouvernement investira plus de 120 millions de dollars au cours des trois prochaines années pour embaucher plus de 450 conseillères et conseillers en orientation qui aideront à mieux préparer les élèves à faire la transition à l’école secondaire.

Un bon départ dès maintenant ouvre la voie à un avenir plus prometteur.

Former les travailleurs de demain

Notre main-d’œuvre hautement qualifiée confère à l’Ontario un avantage concurrentiel indéniable.

Notre main-d’œuvre hautement qualifiée est également la clé de notre croissance économique et de notre prospérité.

Comme vous le savez, Monsieur le Président, nous avons déjà fait des modifications importantes au RAFEO afin d’aider davantage d’étudiantes et d’étudiants à aller à l’université ou au collège.

Le budget de 2018 annonce d’autres améliorations. 

À compter de l’automne 2018, il sera plus facile pour les étudiantes et étudiants provenant de familles à revenu moyen d’être admissibles au RAFEO et de recevoir un montant encore plus élevé d’aide financière.

Nous investissons également plus de 3 milliards de dollars afin de rénover et de moderniser les campus universitaires et collégiaux de l’Ontario.

Et nous réaliserons notre engagement à créer une nouvelle université de langue française dans la province.

En décembre dernier, la Loi de 2017 sur l’Université de l’Ontario français a reçu la sanction royale. 

Monsieur le Président, pour certains, les métiers spécialisés de l’Ontario ouvrent la voie à une meilleure carrière.

C’est pourquoi nous investissons 170 millions de dollars sur trois ans afin de moderniser le nouveau système d’apprentissage de l’Ontario.

Nous aidons nos jeunes durant la transition de l’école secondaire aux stages d’apprentissage...

Et aidons les finissants à trouver un emploi de grande qualité. 

Et pour s’assurer que les employeurs ont accès à des gens de talent, le budget de 2018 annonce la création de la Banque ontarienne pour la formation. 

Cet investissement supplémentaire de 63 millions de dollars réunira des employeurs, des employés et des établissements de formation qui s’emploieront à concevoir des programmes de formation adaptés aux besoins de l’économie locale.

Ensemble, ces mesures améliorent les compétences de notre main-d’oeuvre et donnent aux entreprises de l’Ontario un fort avantage concurrentiel.

Jouer un rôle de premier plan

Monsieur le Président, n’oublions pas que l’Ontario joue un rôle de premier plan au Canada. 

Nous avons toujours été un important contributeur net à la fédération. 

Notre gouvernement… et notre première ministre ont promu sans relâche la bonification du Régime de pensions du Canada, ce qui augmentera la sécurité de la retraite pour tous les Canadiens et Canadiennes. 

Nous sommes un membre fondateur du régime coopératif de réglementation des marchés des capitaux, ce qui profitera aux Canadiennes et aux Canadiens en aidant les entreprises à attirer des capitaux plus efficacement.

Nous continuerons de travailler avec le gouvernement fédéral et les autres provinces à la création d’un régime d’assurance-médicaments national, avec la mise sur pied de notre programme historique, l’Assurance-santé Plus. 

Et en cette période d’incertitude, nous faisons la promotion des négociations commerciales.

Au cours de la dernière année, la première ministre Wynne a rencontré 37 gouverneurs afin de renforcer les relations commerciales et de mettre en lumière les avantages mutuels du commerce libre et ouvert entre le Canada et les É.-U. 

Ces initiatives, et bien d’autres, sont bonnes pour les Ontariens et Ontariennes, et bonnes pour tous les Canadiens et Canadiennes.

Modernisation de la sécurité de la retraite

Monsieur le Président, notre gouvernement a amorcé les réformes les plus profondes de notre régime de sécurité de la retraite jamais entreprises depuis des générations. 

Ces réformes ont pour but d’aider les gens à maintenir leur niveau de vie à leur retraite.

Et ultimement, cela profite à notre économie. 

Comme je l’ai indiqué, nous jouons un rôle prépondérant pour améliorer le RPC

Nous avons créé un nouveau cadre de financement pour les régimes de retraite à prestations déterminées afin d’aider à protéger la sécurité du revenu de retraite pour les travailleurs et les retraités, tout en aidant les entreprises à maintenir leurs régimes de retraite.

De plus, nous menons des consultations sur les principales caractéristiques des régimes de retraite interentreprises en vue d’augmenter leur viabilité.

L’automne dernier, nous avons pris des mesures afin d’augmenter de 50 p. 100 le paiement mensuel garanti du Fonds de garantie des prestations de retraite pour le faire passer à 1 500 $. 

Monsieur le Président, j’ai le plaisir d’annoncer...

Que dans le budget de 2018, nous proposons de rendre cette modification rétroactive au 19 mai 2017...

Pour nous assurer que les anciens employés de Sears Canada puissent bénéficier de ce soutien supplémentaire.

Autonomisation des femmes

En dernier lieu, Monsieur le Président, il est impossible de parler d’avenir sans aborder directement les obstacles systémiques qui entravent la pleine participation des femmes au marché du travail.

Promouvoir l’autonomisation économique des femmes est bon pour les affaires, bon pour l’économie et bon pour la société.

L’autonomisation économique des femmes fera entrer plus de gens sur le marché du travail et renforcera les atouts de notre population.

Les estimations montrent que la pleine participation économique des femmes pourrait ajouter approximativement 60 milliards de dollars au produit intérieur brut de l’Ontario d’ici 2026. 

Notre stratégie appuie les entrepreneuses et fait la promotion des femmes au sein des conseils d’administration et des postes de direction.

Et elle favorise la transparence salariale au travail, afin d’aider à réduire les écarts entre les hommes et les femmes.

Créer des milieux de travail plus équitables n’est pas uniquement une question d’égalité.

C’est également une occasion économique que nous ne pouvons pas nous permettre de manquer.

Conclusion

Monsieur le Président, le budget de l’Ontario de 2018 représente les valeurs de l’Ontario.

Ce budget utilise le renforcement de notre situation économique pour réaliser les priorités économiques des gens.

Dans ce budget, nous choisissons d’aider les Ontariennes et Ontariens à mieux gérer les contraintes de la vie quotidienne.

Ce budget est axé sur le mieux-être de nos enfants, de nos étudiantes et étudiants, et de nos personnes âgées...

Et nous continuons à construire l’économie de l’Ontario en stimulant la croissance, en créant davantage d’emplois et en augmentant l’accès pour tous.

Le budget de l’Ontario de 2018 est un plan axé sur le mieux-être et l’avenir.

Merci, Monsieur le Président.

Mis à jour : 28 mars 2018
Date de publication : 28 mars 2018